« DE KUST TRAM » UN TRAM QUI A LA COTE

 
Ecrit par Didier Vors

A l’exception de quelques lignes de trams trains qui lui sont supérieures, « Le Tram de la Côte » avec ses septante kilomètres revendique fort justement le titre de plus longue ligne de tramway au monde. D’est en ouest , de Knock Heist à la frontière holladaise à De Panne à la frontière française, il déroule son interminable  ruban de fer.

Depuis mille huit cent quatre vingt cinq il transporte aussi bien les riverains que les  touristes de passage. Emprunter dans son intégralité « De Lijn » (son appellation locale en flamand) c’est assurément s’offrir une immersion linguistique et culturelle dans cette Flandre maritime qu’elle parcourt de bout en bout. Toutes les informations disponibles et les annonces s’effectuent dans cette langue.

Cet itinéraire revêt un caractère tantôt urbain quand il traverse les villes qui jalonnent le littoral tantôt rural quand il chemine entre deux agglomérations! Dépaysement garanti.


Cependant  ce qui reste une constante du voyage c’est le fait que « De Kust tram » le bien nommé ne se trouve jamais loin de la côte, moins de cent mètres tout au plus. De Mariakerke à Middlekerke la ligne passe même directement sur la digue offrant une vue magnifique sur la Mer du Nord. Sur sa plus grande partie De Lijn  évolue au centre de la route côtière dans la dune.

Avec ses soixante huit stations réparties le long du parcours, De Lijn s’avère, on l’aura compris, un excellent moyen de visiter le moindre recoin du littoral belge. De plus, sa connexion dans les gares principales avec le réseau ferré national, permet des échappées belles dans d’autres parties du pays.

L’alternance des paysages qui changent en permanence au gré du parcours captent constamment l’attention du voyageur et l’on ne s’ennuie pas un instant.

Slalomant au cœur des immenses instalations portuaires de Zeebrugge et Ostende le tracé emprunté par le tram laisse deviner l’intensité du trafic maritime dans cette partie de la Mer du Nord.

Les amateurs de cadrans solaires ne manqueront pas de s’arrêter à «  De Haan An Zee ». Nombre de façades des maisons de cette petite ville en arborent de remarquables exemplaires.

Quand à celles et ceux qui se délectent de nature sauvage et de coins préservés ne manqueront pas de sillonner le Parc du Zwin.

Petit conseil aux voyageurs : vu la longueur de certains convois et la configuration des lieux choisissez plutôt de vous installer à l’avant, à moins que vous goutiez aux secousses; auquel cas vous ne serez pas déçus.