Turin : L’autre "Città del ciné" !

 
Ecrit par Didier VORS

Turin aime le cinéma et le cinéma aine Turin ! Une romance qui naît le  7 novembre 1896. C’est en effet très précisément ce jour là qu’eut lieu la première soirée de cinéma dans la toujours actuelle rue Pò. Le choix de Turin s’explique en partie par la proximité géographique avec  Lyon, berceau du 7ème art, Ainsi, à l’initiative des Frères Lumière, les géniaux inventeurs du cinéma, les premiers opérateurs partirent , tels des missionnaires, répandre à travers l’Europe cet art émergeant.

Voilà commet la première capitale du jeune état italien, voyait naître l’industrie cinématographique transalpine.Dès lors le cinéma ne devait plus quitter la cité subalpine pour devenir au fil du temps, un élément constitutif de son histoire.

Un festival de festivals.

Le terme n’est point exagéré si l’on songe  à la multitude d’ événements consacrés au 7ème art.
Impossible pour qui visite  Turin à la fin du mois de  novembre d’ignorer qu’il se passe quelque chose d’important dans la ville tant le Torino film festival semble présent et prégnant.

Immenses  affiches, la gloire du cinéma et de ses gloires !  files interminables de spectateurs occupant les trottoirs ,  effervescence des grands jours l’événement envahit pacifiquement le centre ville. Un  temps dirigé par le célèbre réalisateur Nanni Moretti le rendez-vous est devenu au fil des ans presque autant apprécié que la Mostra de Venise.

Derrière la vitrine que constitue Le Torino Film Festival se cachent d’autres rencontres dédiées au grand écran de niveau national ou intermational. Citons entre autres : le festival gay et lesbien, le festival international du film de femmes, le To Horrorfilm festival, le festival du cinéma de l’environnement.
Mention particulière pour le « dicciotto film festival » qui comme l’indique son mon italien promeut la production de films des moins de dix huit ans.

La Mole Antoniella haut lieu du cinéma

Curieux destin pour ce monument symbole de la ville, conçu à l’origine pour accueillir la communauté israélite de la ville, il resta longtemps inoccupé, pour se transformer finalement en l’an deux mille en musée international  du cinéma.

La « Mole » comme l’appelle les turinois, le pus haut édifie du monde à ce jour construit entièrement en maçonnerie, culmine fièrement à cent soixante sept mètres. L’intérieur du bâtiment à l’esthétique recherchée, comblera les passionnés de septième art  tant par la grande  richesse que par l’étendue de ses  collections.

Le musée convie de manière intelligente et ludique le visiteur à une découverte didactique de l’histoire du cinéma des origines à nos jours.( une visite approfondie de l’ensemble des collections  requiert la demi journée). Travaillant en synergie avec les autres acteurs de la filière cinématographique il reste le principal partenaires des cinémas et gère la partie financière des festivals.

Turin fait son cinéma

Lieu de tournage de nombreux films, source d’inspiration de cinéastes importants, Turin respire le cinéma.
« Cabiria » réalisé  en mil neuf cent quatorze, digne des  meilleures super productions hollywoodiennes employa vingt mille figurants, soit le cinquième de la population de l’époque.
Parmi les long métrages récemment tournés dans la ville  citons : Il Divo, La meglio gioventu, Doppo mezanotte, a culpa di Guida et Vincere.

Si comme on le voit un nombre croissant de cinéastes choisissent  Turin comme cadre de leurs oeuvres,  cela  ne doit rien au hasard  mais plutôt  à  l’action de la « Torino è Piemonte film commission » la plus active d’Italie  Une structure d’aide à la création cinématographique dont l’équivalent français pourrait être  Rhône alpes cinéma pour ne citer que celui là.

Les turinois public de cinéphiles éduqués et avertis, peuvent compter sur la vitalité du réseau des cinémas art et essai. Ce n’est point par hasard que la ville abrite le siège de l’association  italienne des cinémas d’art et essai. Pour assouvir  ses envies de nouvelles bobines le grand public dispose (tous genres confondus),d’un parc de soixante écrans uniquement intra muros auxquelles s’ajoutent ceux  de la périphérie.

Alors si Rome est éternellement la ville de « CineCittà »  Turin est définitivement la « Città del cine » !


Pour aller plus loin :

Torino Film Festival

Museo dei Cinema di Torino

Autres articles du magazine Babel Balades consacrés à la ville de Turin :

Turin : le réveil de la belle endormie

Inter culTurin

Turin : des cafés pour l’histoire

Article des numéros précédents:

Toulouse, ville d'Ô (écrit par Didier Vors)

Instanbul, c'est Byzance ! (écrit par Solène Terisse)

Ode à Helsinki (écrit par Solène Terisse)


Accueil - Aller en haut de page