Ligne du nord de Luxembourg à Liège : trait d’union trans- ardennais

 
Ecrit par Didier Vors

Vous aimez les voyages en train ? Cela tombe bien nous aussi !

Ce voyage inaugural, nous conduira sans intrigues, de la capitale du Grand- Duché de Luxembourg à Liège la ville natale du grand romancier Georges Simenon.

Quinze heures en gare de Luxembourg ville le convoi s’ébroue lentement. A bord les conversations vont bon train… En tous cas elles reflètent à merveille la diversité linguistique du pays .Après avoir franchi le viaduc de l’Alzette, première image forte du voyage, le train quitte la ville.


Crédit photo : http://rail.lu/lignedunord.html

Ce n’est  alors qu’une succession de paysages verdoyants où alternent forêts de feuillus et collines ondulées. Bienvenue dans  L’Oesling les Ardennes luxembourgeoises. De temps à autre nous marquons l’arrêt dans une petite gare aux consonances souvent germaniques. Tel  long reptile la rivière la Sure s’étire lentement au cœur du massif. Elle nous accompagnera un moment durant notre périple nous montrant en quelque sorte la voie à suivre.

L’arrivée en gare de Trois Vierges signe la fin du parcours en territoire luxembourgeois. Les derniers passagers quittent le wagon et c’est un train vide qui pénètre à la gare de Gouvy en Belgique. Finies les annonces en luxembourgeois seul le français subsiste.

 Du Grand- Duché à la Wallonie

A Vielsam, première gare après celle de la frontière, le compartiment s’égaie à nouveau. Des collégiens au fort accent ardennais se lancent dans une discussion animée. Ces nouveaux venus ignorent tout de ceux qui les ont précédé il y a peu en ces lieux .Privilège du voyageur au long cours qui lui sait tout, a tout vu ! Si le décor naturel reste immuable l(habitat lui se transforme. En lieu et place des maisons colorées du Grand- Duché apparaissent les premières bâtisses en pierre. Puis sans crier gare…. subrepticement, le train débouche dans la plaine. Adieu collines ardennaises Très vite nous arrivons en Gare de Liège Guillemins terme notre voyage. C’est à regret que nous quittons notre compartiment les yeux encore remplis des belles images emmagasinées durant cette magnifique balade ferroviaire.

Et l’on débarque mi admiratif, mi goguenard dans cette nouvelle gare aux allures futuristes conçue par le célèbre architecte valencien Santiago Calatrava:

« La ligne du nord » appelée ainsi dans la partie grand ducale représente en soi une petite prouesse technique. Pas moins de dix- neuf tunnels et cent vingt-trois ponts jalonnent le parcours les connaisseurs apprécieront. A noter que ce voyage peut être combiné avec des randonnées pédestres ou cyclistes dans l’ensemble des gares du parcours tant du côté belge que luxembourgeois. Un temps menacée, la ligne doit sa survie au fait qu'elle permet en gare de Liège un accès au réseau à grande vitesse européen.

Pour l'anecdote la partie belge de la ligne de Liège à Gouvy  (c'est à dire hors relations internationales) est desservie par le plus petit train du royaume.