Quand le Salento réchauffe l'hiver

 
Ecrit par Didier Vors

Si la découverte du sud de l'Italie ne saurait se limiter à Naples, on ne peut de même s'agissant des Pouilles, se cantonner aux seuls trulli d'Alborello. Aux confins de cette  région,le Salento, à l'extrême sud de la « botte italienne »cultive à lui seul tout un art de vivre. Terre de frontières,bordé par les mers Ionienne et Adriatique,il possède le plus vaste ensemble mégalithique d'Europe, et est devenu l'un des endroits les plus touristiques des Pouilles. Une histoire entre orient et occident,avec ses cités d'art telles que Lecce la baroque et Otranto la byzantine où se mêlent et s'entremêlent tous les styles architecturaux. Appelée Messapie durant la période classique, le Salentu ( son nom en dialecte salentin) connu aussi sous le nom de terre d'Otrante, correspond géographiquement au talon de la botte.

Foccara de San Niceta : coup de chaud sur Melendugno

En cette fin de janvier toute la région des Pouilles brille de mille feux. Ceux allumés par les habitants qui réchauffent le cœur des villages en pleine saison hivernale.Comparables à nos feux de la Saint Jean avec un peu d 'avance ces "foccare" (selon la terminologie locale) puissent leurs racines dans l'histoire multi séculaire de l'olivier.C'est avec ses rameaux tout juste taillés que les villageois dressent d'immenses bûchers qui éclaireront la nuit telles d'immenses torches incandescentes. Précédée d'une messe suivie par des fidèles plein de ferveur, la procession quitte le cœur du village accompagnée par la fanfare locale pour rejoindre le lieu de l'embrasement. La fête patronale en l'honnur de San Niceta constitue l'un des temps forts de la communauté.

L 'huile d'olive : l'or vert des Pouilles

Loin d'être une surprise les trois régions les plus au sud de l'Italie concentrent à elles seules 80 % de la production oléicole. Les Pouilles arrivent en tête de ce trio magique suivies par la Calabre et laSicile. Bien que l'on assiste depuis quelques années à une baisse générale de la production celle-ci reste à des niveaux élevés. L'olivier et sa culture au sens propre et et au sens figuré sont consubstentiels de la région des Pouilles. Principale ressource agricole , il constitue un marqueur important jalonnant l'année de temps forts tels que le taillage, la récolte et la mise en bouteille de ce précieux nectar. On dénombre 53 variétés différentes d'olives et 5 A.O.P : appellation d'origine contrôlée et l'on a compté jusqu'à 1500 pressoirs sur le territoire ! Puissant symbole de la culture méditerranéenne, il reste cet arbre mythique et sacré aussi généreux que la terre dont il est issu. Ses troncs noueux aux formes improbables ont largement inspiré le peintre Domenico Cantatore qui a fait de l'olivier l'un de ses sujets de prédilection.

Otranto l'orientale

Ville la plus à l'est d'Italie elle reçoit les premiers rayons de soleil du pays . Messapienne à ses débuts, puis grecque, romaine, mais aussi byzantine, normande et aragonaise elle a connu à peu près tout ce que le monde comptait d'envahisseurs.

Elle constitue de fait un excellent condensé de l'Italie du sud, sur les plans culturels et artistiques. L'un des plus importants témoignages de ces différentes occupations reste sans nul doute le château de forme pentagonale construit sous le règne de Ferdinand d' Aragon qui domine la ville.

Plusieurs salles du château servent d'écrin à des expositions temporaires judicieusement choisies par les services culturels de la ville.

Ainsi jusqu'au début du printemps les amateurs de photographies ont rendez-vous avec deux maîtres incontestés de la discipline dont ils pourront admirer les œuvres. Celles d'Oliviero Toscanini tout d'abord à la carrière impressionnante et rendu célèbre mondialement par ses clichés de la campagne publicitaire « Unitd colors of Benetton » Celles de Fate Velaz ensuite intitulée « il volto oltre l'dentita » une série de portraits saisissants de ses compatriotes et une sorte de clin d'oeil à l'Albanie voisine distante d 'à peine 70 kilomètres,et reliée à Otranto en période estivale.

Autre leg important du passé la cathédrale romane du XIIème siècle et son imposante dalle en mosaique de style gréco- byzantin.Cette oeuvre gigantesque et foisonnante multiplie à l'envi les motifs : religieux, bibliques, chevaleresques ou encore animaliers. Ainsi que sa magnifique crypte ornée de soixante dix colonnes surmontées de chapiteaux aux motifs tous différents ; une petite merveille où les les chanceux peuvent célèbre leur mariage.

Les principaux monuments d'Otranto ainsi que sa partie ancienne bâtis en pierre dite de "Lecce"  lui confèrent une réelle harmonie.

Pas d'étape du  "T.A.P" à Melendugno !

Si comme on l'a vu le paysage salentin est constellé d'oliviers,lui donnant ce charme si particulier,il possède aussi de solides arguments en matière de plaisirs balnéaires. Melendugno offre ainsi une succession ininterrompue de plages tout aussi belles les unes que les autres avec leurs eaux cristallines,laissant admirer les fonds marins. Alors avec Torre Specchia, San Foca, Roca, Torre Dell Orso ou encore Torre San Andrea, vous n'aurez que l'embarras du choix.

Mais un projet pharaonique autant que démesuré menace la région de Melendugno. S’il devait voir le jour il impacterait durablement l'écosystème et l'activité touristique principale ressource de la région. Il s'agit du "T.A.P" pour Trans Adriatic Pipeline un gazoduc en provenance de l’Azerbaïdjan et qui traverserait la mer Adriatique en provenance  d'Albanie.

Les habitants de Melendugno et les autorités régionales sont fermement opposées au projet comme le rappelait le premier magistrat de la ville lors d'une récente conférence de presse, en soulignant l'absurdité d'une telle entreprise qui transformerait cette zone naturelle en zone industrielle. Au delà de ce cas précis c'est  la question de l'utilité et de la pertinence  de  ce type de réalisation, de cette course effénée au gigantisme qui reste posée.

Que cela ne vous empêche toutefois pour vos prochaines vacances en Italie de songer au Salento ! Vous y rencontrerez des gens affables et toujours disponibles. Des habitants qui font preuve d'un sens inné de l'accueil presque une seconde nature, due semble -il à cette longue tradition de passage et de brassage de populations qui ont durablement marqué l'histoire salentine au cours de siècles.

Pour aller plus loin :
www.mediterraneantourism.it
www.viaggiareinpuglia.it
www.provincia.le.it

Crédits photos: 1 et 3 Didier Vors, Photo 2  Pierick Bourgault


Articles précédents:

Quand le Salento réchauffe l'hiver (Ecrit par Didier Vors)

Le Brésil hors des sentiers battus : L’art contemporain à ciel ouvert (Ecrit par Christian Gizon)

En marche… sur les chemins de la Via Garona (Ecrit par Didier Vors)

Désert de Tabernas : La chevauchée andalouse (Ecrit par Didier Vors)

Turin : une ville bien dans son assiette ! (Ecrit par Didier Vors)

Le Salento, Terre bénie des Dieux… en toutes saisons (Ecrit par Geneviève Guihard)

Le Marais Vernier, petite merveille de biodiversité et joyau paysager (Ecrit par Geneviève Guihard)

La « Voie de Rocamadour en Limousin et Haut Quercy » vers Compostelle. Un itinéraire buissonnier … (Ecrit par Geneviève Guihard)

Le brandon des Pyrénées : une fête qui illumine toute une région (Ecrit par Didier Vors)

Le Salento : Une Italie qui nous « botte » (Ecrit par Didier Vors)

Greeters : vivre le tourisme autrement (Ecrit par Victoire Guérin)

Le Jour des Morts : Le syncrétisme de deux cultures (Ecrit par Diana Garcia - Texte traduit par Alice Ginet Duchenaud)

Exposition Universelle de Milan : le tour du monde en 48h (Laurène Gianuzzi)

Route Napoléon : Quand le tourisme rencontre l’histoire (Didier Vors)

Festival international de géographie de Saint Dié : Le gai savoir (Didier Vors)

Slow tourism : l’éloge de la lenteur (Solène Terrisse)

Entre Meuse et Rhin (Mathieu Stassart)

Tourisme mémoriel : voir pour comprendre (Solène Terisse)

Couch surfing : quelques clics pour un clic clac (Alice Allerat)


Accueil - Aller en haut de page