Le Marais Vernier, petite merveille de biodiversité et joyau paysager

 
Ecrit par Geneviève Guihard

Un lieu  naturel, exceptionnel,  en Normandie, en  Vallée de Seine.

Autrefois situé en Haute-Normandie, aujourd’hui en Normandie,  une  réparation  de l’histoire, dans le département de l’Eure, au cœur du  Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande,   le Marais Vernier forme un amphithéâtre naturel,   un milieu humide unique et singulier.
Une capture de méandre abandonné de la Seine l’a constitué.

C’est le  plus important gisement de tourbe en France, à l’état naturel,  jamais exploité, né de  l'humus accumulé depuis des millions d’années. Il  jouxte le Marais alluvionnaire,  poldérisé,  lié à l’endiguement  ultérieur de la Seine.

Ce vestige du méandre fossile de la  Seine,  est une petite merveille de biodiversité.     
D’accès difficile,  il s’est marginalisé et a vécu de façon quasi-autarcique. Ce qui l’a sauvé.

Etangs et Marais sont précieux pour l’humanité.

L’urbanisation intensive, les infrastructures routières  ont réduit considérablement leur nombre et leur superficie. Souvent dégradés,  ils disparaissent. Ces milieux humides sont importants : ils stockent l’eau, la restituent en période de sécheresse, protègent des inondations. Refuges d’espèces animales et végétales rares comme les orchidées, ou menacées,   zones  de repos et de nourriture pour les oiseaux migrateurs qu’ils  abritent.    

Une labellisation « Ramsar » justifiée

« Ramsar »,  label international créé en1971, valorise les rares Milieux Humides  de la planète.
« Ramsar »,  nom d’une ville d’Iran où s’est tenu le premier congrès constitutif du label protecteur. Le Marais Vernier et son prolongement  la Vallée de la Risle Maritime,   ont obtenu le label  le 18 décembre 2015 et rejoignent  ainsi  le  Mont Saint Michel, la  Camargue…

Projet porté par la Communauté de Communes de Quillebeuf-sur-Seine  avec l’appui technique du PNR conseillé  par Thierry Lecomte spécialiste des zones humides,   administrateur pour la France du réseau Ramsar.

Le Marais Vernier tourbeux,  une zone touristique  privilégiée

Zone giboyeuse, Réserve naturelle de chasse, le Marais  accueille en culture extensive  les Highlands d’Ecosse, races bovines rustiques, presque sauvages,  à carcasses légères,  mais aussi  de petits  chevaux de race Camargue et  quelques  moutons solognots. Ces animaux  nécessitent  peu de prophylaxie.  Leur démographie se régule d’elle-même. 
Visites guidées et commentées régulières  du Marais Vernier. Egalement  les mercredis après-midi durant tout l’été.

La Route des Chaumières  fait le tour du Marais.  Balade de charme à pied ou à vélo. Maisons authentiques à colombages, torchis, toits de chaume.

De l’Observatoire  de la Grand’Mare,    géré par la  Fédération des Chasseurs,  on observe la faune sauvage.   Canards siffleurs, canards souchets, colverts,    tadornes de belon,  sarcelles… Nombreux  couples de cigognes.    Elles n’étaient plus réapparues  depuis trente ans en Vallée de Seine.

Le petit village « Le Marais Vernier » de quelques âmes,  est au cœur du cœur du Marais tourbeux et  lieu d’observation idéal  de ce milieu humide.  Isabelle Le Ngoc Hue Davan  vous accueille à  sa Maison  d’hôtes Les Cigognes.  4 chambres d’hôtes insolites,  différentes. Colombages et torchis, toits de chaume. Location de Vélos  pour balades en Marais. Calme, bonheur et fantaisie. Tel : 06 68 03 39 39

La Vallée de la Risle Maritime, un  tourisme « soft » et « slow »

La Risle, ancien affluent de la Seine, cours d’eau tranquille,  apaisant et verdoyant, autrefois navigable,   développe un tourisme « slow ».

Balades pédestres,  nombreux sentiers  en libre accès  sur le   Circuit des Etangs et Mares.

A partir de  Saint-Sulpice de Grimbouville,  le pittoresque  Sentier  de l’Anguille  long de 4 km, est riche en faune et flore rares.   Panneaux d’interprétation nombreux. Consoudes, reines des prés,   aulnes,  saules,  frênes taillés en « têtard ».  Étêtés régulièrement,  leurs  branchages étaient  utilisés en vannerie.
Le Canoé-kayak sur la Risle proposé par l’association Les Castors Rislois,  se fait tout en douceur.   Offre découverte d’une heure trente pour 8 personnes à  prix attractif.  Egalement raids nature  et aventure.  Le matériel  est prêté.

L’ancienne ballastière ayant servi à la construction de l’autoroute proche,  s’est muée en  Parc  des Etangs. Ecolo-golf pastoral  de 9 trous, entretien écologique.  Camping sur pilotis végétalisé.

Pont-Audemer,  porte entrée du Marais Vernier

Le charme discret d’une bourgade de 9 000  âmes,  classée  parmi les "100   Plus Beaux Détours » de France.  

Venelles romantiques,  ruelles médiévales,  canaux.   Cette Petite Venise invite à la flânerie. Son passé industriel dans le cuir a été facilité  par la présence d’eau,  de bois et d’animaux de ferme offrant leur  peau à tanner.  Hôtels particuliers chic et classe d’anciens maîtres tanneurs. Séchoirs et peausseries encore visibles.  Thierry Hermès  s’y est formé  dans les années 1830.   Alfred Canel,   homme de lettres,  a légué sa maison cossue,  devenue Musée municipal. Un véritable cabinet de curiosités.

Pont-Audemer n’a plus le travail du cuir,  mais sa filière aéronautique pèserait  plus lourd que celle de la région de Toulouse !

La suite  s’écrit en ce moment

« Ramsar »,  nouvel outil de protection,  devrait  donner un  coup de pouce à l’économie locale et régionale  par le développement d’un tourisme qualitatif  plutôt que  quantitatif et démontrer qu'il est possible d’allier  enjeux économiques et écologiques.  Car une autre vie s’invente ici

Pour aller plus loin :

www.eure-tourisme.fr

La Convention sur les zones humides

www.ramsar.org

Toutes informations au  à la Maison du Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande

www.pnr-seine-normande.com


Articles précédents:

La « Voie de Rocamadour en Limousin et Haut Quercy » vers Compostelle. Un itinéraire buissonnier … (Ecrit par Geneviève Guihard)

Le brandon des Pyrénées : une fête qui illumine toute une région (Ecrit par Didier Vors)

Le Salento : Une Italie qui nous « botte » (Ecrit par Didier Vors)

Greeters : vivre le tourisme autrement (Ecrit par Victoire Guérin)

Le Jour des Morts : Le syncrétisme de deux cultures (Ecrit par Diana Garcia - Texte traduit par Alice Ginet Duchenaud)

Exposition Universelle de Milan : le tour du monde en 48h (Laurène Gianuzzi)

Route Napoléon : Quand le tourisme rencontre l’histoire (Didier Vors)

Festival international de géographie de Saint Dié : Le gai savoir (Didier Vors)

Slow tourism : l’éloge de la lenteur (Solène Terrisse)

Entre Meuse et Rhin (Mathieu Stassart)

Tourisme mémoriel : voir pour comprendre (Solène Terisse)

Couch surfing : quelques clics pour un clic clac (Alice Allerat)


Accueil - Aller en haut de page