Luchon et le sud Comminges : Les Pyrénées au cœur

 
Ecrit par Didier Vors

A l’extrême sud de la Haute Garonne, au cœur des Pyrénées centrales, Luchon,  représente la quintessence des stations climatiques et thermales.

Une situation exceptionnelle :

Au pied du massif pyrénéen, environnée de sommets dépassant les trois mille mètres, face à son point culminant à 3406 mètres le Pic d’Aneto (en Espagne) Luchon bénéficie d’une situation tout à fait exceptionnelle. Il faut avouer que la nature s’est montrée particulièrement généreuse avec cette partie du sud Comminges. Des atouts dont la ville a su tirer profit en développant des activités de plein air telles que le Vélo Tout Terrain, le rafting, la randonnée pédestre ou encore le ski en période hivernale.

Surplombant la vallée du haut de ses 1800 mètres, Super Bagnères , née en 1913, peut s’enorgueillir d’être la station de sport d’hiver avec le plus fort dénivelé des Pyrénées soit 1200 mètres. De Luchon la télécabine vous transporte en moins de dix minutes sur les hauteurs. Les vététistes peuvent même embarquer leur machine pour une descente des plus vertigineuses !

Dans un  autre registre, mais toujours sur deux roues, Luchon, constitue une étape quasi incontournable du Tour de France. Elle totalise depuis 1947 plus de 90 départs ou arrivées ,autant dire qu’elle se place dans le peloton de tête. Mais loin d’être la chasse gardée des «  Géants de la route » elle accueille volontiers des compétitions cyclotouristiques de renom telle que la « Luchon Bayonne » qui fêtait récemment sa 44ème édition. On pouvait même y croiser des coureurs venus des îles Canaries ,c’est dire la réputation de l’épreuve !

Après l’effort le réconfort

Après avoir produit de tels efforts physiques le besoin de se désaltérer ne manquera pas de se faire sentir. Cela tombe à pic ,c’est le cas de le dire ! L’eau minérale produite ici, faiblement minéralisée, plate ou aromatisée selon les goûts, comblera les plus exigeants. Mais l‘eau de Luchon possède aussi des vertus curatives. il y a deux mille ans de cela, les romains l’appelaient non sans raison : Ilixon (du nom de la déesse des eaux) et louaient déjà la qualité de ses eaux, les plus sulfurées des Pyrénées, qui soignent les pathologies liées aux rhumatismes et aux voies respiratoires.

De plus, la station thermale possède une attraction quasi unique en Europe : son vaporarium ,une galerie naturelle de 150 mètres de long creusée dans la roche, où l’on y trouve une température constante comprise entre 38 et 42 degrés :une expérience incontournable à vivre avec sudation garantie !

La  généreuse et abondante gastronomie locale elle aussi apportera sa dose de réconfort. Citons entre autres la Pistache, qui comme son nom ne l’indique pas, présente une parenté avec le cassoulet, le Pétaram, plat à base de tripes de mouton, la truite du lac d’Oo (cher aux cruciverbistes) ainsi que l’étonnant gâteau à la broche , dont on peut assister en direct à la fabrication sur le marché dominical.

Culturelle et spirituelle

Après s’être convenablement sustenté,  il conviendra de nourrir son esprit. Et de ce point de vue  la ville et sa proche région disposent d’une offre culturelle conséquente. Situé dans l’artère principale de la ville, le musée du pays de Luchon, présente d’intéressantes collections liées à l’archéologie, à l’ethnologie ainsi qu’à l’histoire locale. On regrettera cependant que certains éléments ne soient pas plus mis en valeur par une scénographie plus  appropriée.

Pour poursuivre cette visite muséale il faudra prendre un peu de hauteur en visitant le musée historique de l’hospice de France. Situé à 1400 mètres d’altitude dans un magnifique décor naturel, il raconte l’histoire du territoire et les liens particuliers que les habitants entretiennent entre eux de part et d’autre de la frontière.

Enfin, comment ne pas évoquer Saint Bertrand de Comminges  distante de 30 kilomètres avec  sa cathédrale  son  orgue et son célèbre cloître. A quelques encablures , moins connue que son illustre voisine l’abbaye de Valcabrere , dans un environnement calme et apaisant, mérite une visite.

Ces lieux en tous points remarquables accueilleront prochainement des concerts de musique classique et sacrée dans le cadre de la 41ème édition du festival de Comminges , dont le thème retenu pour 2016 sera : jeunes talents sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle.

Autre composante  de l’offre culturelle , dans un registre plus populaire la fête des Brandons de Luchon met à l’honneur les traditions festives de la région.(Voir l’article consacré à l’événement dans ce même numéro)

Enfin et la bonne nouvelle est tombée tout  récemment : Après une brève interruption assez inexpliquée,  la ligne SNCF Toulouse Luchon accueillera à nouveau des voyageurs au grand soulagement des autorités locales et de la population. De bon augure  pour le territoire. Ce qui ne manquera pas aussi de ravir les amateurs de tourisme buissonnier, adeptes de voyages au long cours…

Pour aller plus loin :

http://tourisme.haute-garonne.fr/

www.luchon.com

www.festival-du-comminges.com

Crédit  photos: Office de tourisme de Luchon

Articles des numéros précédents:

Sète, la mer en héritage (Ecrit par Didier Vors)

Bruxelles pétillante (Ecrit par Katelijne Hermans)

Liège, cité ardente (écrit par Matthieu Stassart)

Comparaison Lyon- Marseille(écrit par Monique Douillet)

Trieste : l’Adriatique en majesté (écrit par Didier Vors)

Habiter la ville éponge : Luxembourg ville (écrit par Denis Mathis)

Arles de ma lorgnette (écrit par Monique Douillet)

Turin, l'autre "Città del Cine" (écrit par Didier Vors)

Toulouse, ville d'Ô (écrit par Didier Vors)

Instanbul, c'est Byzance ! (écrit par Solène Terisse)

Ode à Helsinki (écrit par Solène Terisse)


Accueil - Aller en haut de page