Le Salento : Une Italie qui nous « botte »

 
Ecrit par Didier Vors

Quand on évoque le sud de l’Italie, appelé Mezzogiorno dans la langue de Dante, on pense immédiatement à Naples et tout de suite après vient immanquablement à l’esprit l’image de la botte et de son talon aux formes si caractéristiques, tout cela sans plus de distinction.

Les Pouilles (Puglia en italien, Apuglia du temps des romains)  sont au nombre de ces régions qui composent le Mezzogiorno. On en connait surtout les fameux « Trulli »  en particulier ceux de la région d’Alberobello. Il est vrai que ses éléments  architecturaux  constituent sa marque de fabrique .Mais il serait injuste se limiter à ces aspects patrimoniaux aussi remarquables soient –ils, le talon de la botte, et c’est là son talent !ayant tant à offrir aux visiteurs curieux.

Est-ce du à son éloignement géographique à la pointe extrême de l’Europe du sud la région a longtemps été ignorée, voire boudée par les touristes visitant le sud de l’Italie. Le Salento est devenu depuis peu la première région touristique d’Italie et commence à attirer les voyageurs étrangers Situé entre les villes de Brindisi au nord et Leuca au sud il est  bordé par la mer Adriatique à l’est et le golfe de Tarente à l’ouest.
Le Salento ( ancienne Messapie) c’est  tout d’abord un littoral exceptionnel (long d’une centaine de kilomètres pour quarante de large )propice depuis toujours aux échanges, véritable trait d’union et point de rencontre multi séculaire entre l’Occident et l’Orient tout proche.

C’est aussi une histoire mouvementée où nombre de peuples, des grecs aux romains, des lombards aux  normands et des aragonais aux angevins, ont laissé, en particulier dans les villes, des traces de leurs  différentes occupations.

La côte se  compose d’une succession ininterrompue de  plages de sable fin, de criques sauvages et de  minuscules ports de pêche, et de stations balnéaires. Le Salento c’est aussi une nature généreuse façonnée par la main de l’homme qui donna naissance à une agriculture florissante riche d’immenses champs de blé, d’oliveraies et de vignes qui existent dit –on  depuis l’époque phénicienne .Ce vignoble qui donne  des crus réputés tels que l’Alezio , le Galatina, ou encore le  Leverano peuvent être  découverts et dégustés !en suivant la route des vins. C’est enfin une  campagne constellée de murets de pierre sèche qui ceinturent des champs de terre rouge  et ses « trulli » évoqués plus haut mais spécifiques à la région, de forme quadrangulaires et à gradins, différents de ceux du nord des Pouilles.

Afin de profiter au mieux des attraits de cette stupéfiante contrée, nous vous suggérons de réserver votre hébergement à l’Iberhotel  Apuglia dont les chambres s’inspirent du style architectural régional. Lequel est idéalement  situé au cœur du Parc Naturel du Littoral de Ugento réputé pour son système de dunes et ses bassins de marée.

L’établissement s’inscrit dans une véritable démarche d’éco tourisme. Ce qui lui a valu récemment d’être distingué par le « Tui Umwelt » et le «  Gold Travel Life Award ».

De plus si vous séjournez entre le 14 mai et le 4 juin et du 10 au 30 septembre vous pourrez profiter des dernières innovations en matière de soins corporels et de techniques de relaxation dans le cadre de l’Anti Stress  Académie.

Pour plus d’information :

http://www.nelsalento.com/ugento.html
www.iberotelapulia.com
www.antistressresorts.com
www.mediterraneantourism.it

 


Articles précédents:

Greeters : vivre le tourisme autrement (Ecrit par Victoire Guérin)

Le Jour des Morts : Le syncrétisme de deux cultures (Ecrit par Diana Garcia - Texte traduit par Alice Ginet Duchenaud)

Exposition Universelle de Milan : le tour du monde en 48h (Laurène Gianuzzi)

Route Napoléon : Quand le tourisme rencontre l’histoire (Didier Vors)

Festival international de géographie de Saint Dié : Le gai savoir (Didier Vors)

Slow tourism : l’éloge de la lenteur (Solène Terrisse)

Entre Meuse et Rhin (Mathieu Stassart)

Tourisme mémoriel : voir pour comprendre (Solène Terisse)

Couch surfing : quelques clics pour un clic clac (Alice Allerat)


Accueil - Aller en haut de page