Bruxelles pétillante

 
Ecrit par Katelijne Hermans

Les statues de Bruxelles pissent, le chien pissant, la fille pissante et le garçon pissant se côtoient.

Mais le garçon pissant, Manneke Pis, attire des centaines de visiteurs par jour, la fille pissante se trouve dans un coin perdu, le chien pissant n’est vu par personne.

Malgré cet oubli, ce chien est le symbole du Bruxelles contemporain, le « zinneke », le vagabond, (stratier, straat = rue en néerlandais), le bâtard.
Nonchalant, anarchique, entêté, débrouillard, avec des racines partout et nulle part, un chien qui renifle la vie.

Dix années passées, une bande de citoyens enthousiastes  lançaient un nouveau projet artistique et social, la Zinneke Parade.
Tous les deux ans, des centaines de volontaires affluent de tous les coins de la ville vers le vieux centre et se perdent dans une énorme parade, avec des sons et des couleurs venus de partout.
Des jeunes de quartiers défavorisés, avec des noms rappelant souvent des régions lointaines,  soufflent la vie dans les rues. Et des mouvements de jeunes et des comités de quartiers plus branchés dansent en plein air. L’imagination est au pouvoir pour quelques heures et des centaines de milliers jubilent sur les trottoirs.

Même les jours sans parade, Bruxelles est une ville colorée et sale, où environ 180 nationalités se sont installées. De temps en temps ça craque, ça se bouscule, mais ce Babel contemporain donne à Bruxelles aussi son caractère spécifique, comme démontré pendant les dernières élections communales, en octobre 2012.

Pendant qu’un parti nationaliste flamand séduisait beaucoup d’électeurs en Flandre, des Bruxellois de langues maternelles très différentes se retrouvaient sur une seule liste politique. Les verts, les libéraux, les chrétiens, les socialistes…. tous avaient des candidats nés à Ostende ou à Liège, à Kinshasa ou à Tanger, à Emirdag en Turquie ou à Madrid.  

Selon la version officielle, Bruxelles est une ville bilingue, où toutes les rues ont deux noms – un néerlandophone et un francophone – et où tous les citoyens ont le droit d’être servis dans ces deux langues aux guichets communaux.
En réalité, Bruxelles est une ville multilingue, où les trams résonnent de conversations mobiles babéliques.
Et toutes ces langues jouent du théâtre, font de la musique, organisent des expositions, cuisinent des plats fantastiques, vendent des marchandises du pays des ancêtres  et honorent des dieux multiformes.

Bruxelles pétille… et parfois les bulles se cognent.

Crédit photos Katelijne Hermans

Pour aller plus loin :

http://www.zinneke.org/

Bruisend Brussel

Brussel is een stad van plassende beelden, een plassende hond, een plassend meisje, een plassend jongetje.

Het plassende jongetje, Manneke Pis, trekt elke dag vele honderden toeristen, het meisje staat in een verloren hoekje

En toch is die hond het symbool van het eigentijdse Brussel, het “zinneke”, de straathond, de bastaard. Nonchalant, anarchistisch, eigenzinnig, een plantrekker met wortels alom en nergens. Een hond die snuffelt aan het leven.

Dik tien jaar geleden zette een groep enthousiastelingen hun schouders onder een nieuw artistiek en sociaal initiatief, de Zinneke Parade.

Sindsdien trekken om de twee jaar honderden vrijwilligers vanuit vele hoeken van de stad richting centrum en vervloeien ze in een reusachtige, bonte stoet, met klank en kleur uit de hele wereld. Vooral jongeren uit minder florissante wijken, en vaak met oma’s en opa’s in verre oorden, blazen de straten nieuw leven in. Maar ook jeugdbewegingen en verenigingen uit chiquere buurten dansen mee. De verbeelding is even aan de macht en tienduizenden kijken en juichen vanop de voetpaden.

Ook zonder parade is Brussel elke dag een kleurrijke en vuile stad, waar zo’n 180 nationaliteiten een stek hebben gevonden. Het botst af en toe in het hedendaagse Babel, het is niet altijd makkelijk samenleven, maar het geeft Brussel een heel eigen karakter, zoals opnieuw duidelijk werd bij de recente gemeenteraadsverkiezingen, in oktober 2012.

Terwijl in Vlaanderen een Vlaams-nationalistische partij veel kiezers verleidde, stonden in Brussel mensen met vele moedertalen op één lijst. Groenen, liberalen, christenen, socialisten …. allemaal verzamelden ze achter hun lijstnummer kandidaten die geboren zijn in Oostende of in Luik, in Kinshasa of in Tanger, in het Turkse Emirdag of in Madrid.

Officieel is Brussel een tweetalige stad, waar alle straten twee namen hebben, -een Nederlandstalige en een Franstalige- en alle burgers het recht hebben om in elk van die twee talen bediend te worden aan de gemeentelijke loketten. In werkelijkheid is de Belgische hoofdstad “multitalig” en hoef je maar naar de GSM-gesprekken op de tram te luisteren, om dat te ontdekken.

En al die talen spelen ook toneel, maken muziek, organiseren tentoonstellingen, koken heerlijke gerechten, verkopen waren uit het thuisland en vereren goden in vele gedaanten.
Brussel bruist…. En soms botsen de bubbels.

Articles des numéros précédents:

Liège, cité ardente (écrit par Matthieu Stassart)

Comparaison Lyon- Marseille(écrit par Monique Douillet)

Trieste : l’Adriatique en majesté (écrit par Didier Vors)

Habiter la ville éponge : Luxembourg ville (écrit par Denis Mathis)

Arles de ma lorgnette (écrit par Monique Douillet)

Turin, l'autre "Città del Cine" (écrit par Didier Vors)

Toulouse, ville d'Ô (écrit par Didier Vors)

Instanbul, c'est Byzance ! (écrit par Solène Terisse)

Ode à Helsinki (écrit par Solène Terisse)


Accueil - Aller en haut de page