Le tour de la France exactement de Lionel Daudet (Editions Stock)

Un livre qui dépasse allègrement les bornes !

 
Une chronique de Didier Vors

Que peut il se passer dans la tête de Lionel Daudet en ce jour de fête nationale  2011 au moment de se lancer dans cette incroyable et folle aventure doublée d’un défi physique ? Ce baroudeur des temps modernes songe –t- il vraiment à ce qui l’attend ?

Cet alpiniste émérite, rompu aux plus difficiles ascensions a il vraiment conscience de l’immensité de la tâche ?  Probablement que non. Sinon il aurait peut être renoncé, privant en cela ses futurs lecteurs d’un récit passionnant, vivant, éreintant ! Une véritable leçon de géographie humaine et d’histoire nationale revisitée.

Agrémenté de cartes qui décrivent avec précision les six grandes parties de l’itinéraire suivi correspondant aux six faces de l’hexagone, l’ouvrage se lit comme une sorte de road movie littéraire sauf qu’en l’espèce nulle trace de route bitumée dans ce périple.

Suivant au plus près les frontières hexagonales  parcourues  en canoë, en VTT, encordé on trouve le binôme affectueusement rebaptisé « lui » pour  le littoral, « elle » la frontière   «terrier d’une marmotte  sans papiers, aire d’un aigle apatride, et gîte d’un renard contrebandier » selon l’auteur.

Ainsi, ce vagabond des confins, tel qu’il se définit lui même bartasse loin des sentiers battus.

Cet éloge de la lenteur se révèle propice à la réflexion voire à la méditation Lionel  Daudet nous livre de beaux passages sur les notions  de frontières séparation ou trait d’union, de perception du temps qui passe ou encore d’apprentissage de la patience que nous aurions perdu dans ce monde en perpétuel mouvement.
Ce livre ravira  entre autres ! Les membres de la confrérie des bornés dont se réclame l’auteur, bien qu’il soit tout sauf un esprit étroit, tant Il en a accumulé des bornes durant ce fantastique périple près de dix mille kilomètres...

Partageant bien des valeurs communes avec l’auteur, notre magazine buissonnier ne pouvait pas passer à côté de cette ode humaniste, cette aventure collective sentant bon le partage.
D’une écriture pleine de reliefs, parfois grave, souvent jubilatoire, elle ne cesse de nous questionner sur la notion mouvante de la frontière tout en livrant des instantanés sur notre pays en mutation.

Pour aller plus loin :

http://www.dodtour.com/index2.php