L’île de Pico : l’Atlantique à l’état pur

 
Ecrit par Daniel Hernandez

Située à environ 1500 km de Lisbonne et à 3500 km du continent américain, elle fait partie de l’archipel  des îles Açores avec entre autres Sâo Jorge, Faial et Terceira. Son climat, doux en hiver, humide et chaud en été, est marqué par le courant chaud du Gulf Stream  qui bagne l’Europe et rencontre  l’archipel au milieu de son parcours.

La première chose qui surprend le visiteur quand il débarque sur Pico est la présence d’une flore méditerranéenne composée de pins sylvestres et de broussailles loin d’être uniforme sur l’île : quelques kilomètres plus loin, sa capricieuse orographie configure des espaces selvatiques où des palmiers côtoient des chênes. Mais la singularité  de Pico culmine à 2351 mètres.

Pico

En effet, Pico est le nom du volcan qui domine l’île, le plus haut sommet du Portugal . La tardive colonisation de l’île (seulement à partir de la fin du 15ème siècle) a maintenu cette imposante montagne  étrangère  aux légendes préchrétiennes, dans un dépouillement qui permet au randonneur  souhaitant atteindre son sommet de ressentir le vide (de sens), l’absence du besoin de dévoiler l’histoire, qu’il comblera avec la sienne propre.  

L’ascension est difficile, mais la descente l’est encore plus. Les pierres volcaniques font que le chemin qui grimpe vers le sommet semble presque invisible, ceci  dû à l’irrégularité du terrain. Jalonné  de petits poteaux visibles tous les 100 m environ, la montée peut se révéler vraiment difficile surtout à cause des changements de temps qui peuvent survenir au cours d’une même journée. Avant d’entamer la montée, il est obligatoire de s’inscrire auprès des responsables  de la « Casa de la Montanha » et aussi de visionner  une petite vidéo qui donne  des conseils importants (il y a eu beaucoup d’accidents, surtout à cause du manque de préparation de certains touristes).

Pour plus d’information :

Site dédié aux chemins de randonnée dans l’île de Pico :
http://trilhos.visitazores.com/pt-pt/ilhas/pico
http://parquesnaturais.azores.gov.pt/pt/pico/o-que-visitar/centros-de-interpretacao/casa-da-montanha

Le vin

L’île de Pico est loin d’être  méconnue des amateurs de vin. Les parcelles où les vignes sont plantées s’appellent currais et leur ensemble  a été classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. Le sol volcanique a configuré un paysage unique où les cépages tels que le Verdelho offrent des vins bien typés et très appréciés .

Plus d’information :
http://www.cvracores.pt/

Le musée du vin :
http://pt.wikipedia.org/wiki/Museu_do_Vinho

Les moulins font aussi partie du patrimoine de l’île. Leur forme particulière tire son origine  de la multitude de colons flamands qui s’installèrent  sur l’île durant le XVème et XIVème siècle, au point que pendant des siècles les Açores furent appelés « les îles flamandes ». On en trouve partout sur l’île : certains sont abandonnés ou en état de délabrement, d’autres ont été restaurés, mais leur charme au milieu des paysages dominés par le noir du basalte piquetés du vert des vignes, reste intact.

D’autres activités sont possibles sur l’île citons : outre la randonnée, l’observation des cétacés et la découverte de la pêche du cachalot (illégale depuis l’entrée du Portugal dans l’Union Européenne) ainsi que la multitude d’activités traditionnelles liées au patrimoine  et aux  fêtes populaires et qui restent d’actualité. Il est vivement recommandé de découvrir les petits musées qui ne sont parfois indiqués qu’au long des routes.

Une particularité : sur l’île il n’y a qu’une plage de sable noir volcanique, un petit secret à découvrir.

Loin du tourisme de masse, cette île ne plaira pas à ceux qui recherchent des complexes touristiques animés, des fêtes à l’ambiance chic ou des plages pour laisser passer le temps. Pico, comme les autres îles des Açores, conservent son  essence presque intacte. Cela mérite bien une rencontre au milieu de l’océan.

Article des numéros précédents

Ameland : Une Frise qui défrise ! (écrit par Didier Vors)

Yeu dans les yeux (écrit par Didier Vors)

Wight is Wight (écrit par Didier Vors)

L’île d'Aix en roue libre (écrit par Didier Vors)

Iles d'Aran, songes de pierres (écrit par Didier Vors)


Accueil - Aller en haut de page