Ameland : Une Frise qui défrise !

 
Ecrit par Didier Vors

Qui connait L’île de Ameland s’interroge un célèbre guide touristique hexagonal. Mais on pourrait tout aussi bien poser la même question à propos de Schiermonnikoog,Terschelling, Vieland et Texel , les autres îles de la mer des Wadden. Situées dans la Frise( à l’exception de la dernière nommée) la province la plus septentrionale des Pays Bas elle jouissent d’une notoriété toute relative à l’étranger mais sont très fréquentés par les hollandais et leurs proches voisins allemands.

On embarque en principe pour Ameland à partir de Holwert charmant petit village côtier, mais par gros temps la traversée peut être purement et simplement annulée. Bien que l’île ne soit pas très éloignée du continent il faut compter 45 minutes pour rejoindre Nes le port de débarquement. En effet  le bateau zigzague à travers les bouées de babord et tribord afin d’éviter les nombreux bans de sable ( wadden en néerlandais) refuges d’importantes colonies de phoques.

Bien que les voitures ne soient pas interdites sur l’île, le trafic routier se limite essentiellement aux déplacements liés à la vie locale.

Pour découvrir Ameland, surnommée «  la perle des Wadden » les moins courageux pourront toujours utiliser les services d’un taxi reconverti en guide local. Mais on privilégiera plutôt la marche à pied et la bicyclette dans la mesure du possible. Avec 100 kilomètres de pistes cyclables , le réseau dessert une grande partie de l’île ainsi que les quatre villages qui la composent. Les sentiers quant à eux permettent d’accéder aux lieux où le relief interdit tout vélo en particulier les dunes qui avec une hauteur atteignant 30 mètres sont les plus hautes de la région.

On connait la propension des hollandais pour la bicyclette. Mais dans cet étonnant pays, elle constitue depuis longtemps bien plus qu’un moyen de transport un véritable art de vivre.Ici il existe une véritable culture du vélo. On a parfois l’impression que c’est tout un peuple qui pédale. Sonnettes, housses de scelle, et fleurs synthétiques sont autant d’éléments originaux de décoration. Mais le plus surprenant c’est de rencontrer dans les îles des Wadden , disséminées le long des pistes cyclables des pompes à vélo véritables mini station de gonflage providentielles !

Au gré de vos ballades vous rencontrez quantité de lapins sauvages ainsi que les célèbres chevaux noirs de race frisonne qui paissent dans d’immenses pâturages. Fierté, à juste titre de l’île, cette espèce équine d’une grande robustesse, participait jusque dans les années 1980 au sauvetage des bateaux en perdition. En effet, quand sonnait l’alerte,  les chevaux tractaient les bateaux jusqu’à la mer. Le petit musée maritime de Hollum à l’ouest de Ameland, retrace cette singulière épopée.

Refuges pour  toutes sortes d’oiseaux ,ces espaces insulaires, en particulier la réserve de Het Oerd à l’extrême est de l île,  constituent une halte très prisée par les migrateurs en provenance de Scandinavie et de Sibérie, en partance pour les pays chauds.

Avec leurs rues pavées et leurs belles maisons de capitaines de bateaux du 17ème siècle,Hollum, Nes, Ballum et Buren les quatre villages classées de Ameland, méritent assurément une visite. Au hasard de vos déambulations vous ne manquerez pas d’observer  le faîte des toits de certaines habitations. Surmontés d’un « Uilen bord » un panneau en bois décoratif (le plus souvent deux cygnes blancs qui se font face) ils sont un symbole de la Frise.

Séjourner à Ameland c’est assurément choisir  des vacances décoiffantes et iodées, sans chichi et au plus près de la nature. Sur ces petits territoires  coincés entre la mer des Wadden au sud et la mer du Nord sur la côte opposée l’air est vivifiant et le vent souffle généreusement.

Dan heeft weldra op leiland Ameland ? ( Alors à bientôt sur l’île de Ameland ?)

Crédits photos : Jan Spoeltra et Didier Vors

Pour aller plus loin :

www.waddenaandewand.nl
http://www.holland.com/fr/tourisme.htm

Article des numéros précédents

Yeu dans les yeux (écrit par Didier Vors)

Wight is Wight (écrit par Didier Vors)

L’île d'Aix en roue libre (écrit par Didier Vors)

Iles d'Aran, songes de pierres (écrit par Didier Vors)


Accueil - Aller en haut de page