Le Portugnol : facteur de communication

 
Ecrit par Emmanuelle Revol

Le saviez-vous ? Une langue n’est pas forcée de constituer une frontière. Le Portugnol/nhol/ñol
en est un bel exemple. A la Triple Frontière, Argentine- Brésil- Paraguay (et même Uruguay), la
population a su faire éclater la barrière linguistique ; l’espagnol et le portugais ne formant
aujourd’hui plus qu’un. Une belle preuve que les langues restent vivantes, même si cette fusion,
cette hybridation, il faut bien l’admettre, ne nait pas d’un commun accord.

En effet n’oublions pas la fierté qui anime les populations latino-américaines, les poussant
chacune à ne jamais s’abaisser à apprendre la langue de l’autre. Un mal pour un bien ? Sans nul
doute. Car leur volonté brulante de s’exprimer les a amené à une innovation linguistique rare,
dans la liberté la plus totale. Un mouvement qui s’est étendu des frontières aux terres, et des
frontaliers à toute une population.

Impulsivité, instinctivité, insoumission : On retrouve toute la nature humaine dans une langue
sauvage qui créer la confusion linguistique. Ainsi, une suppression des règles de grammaire
rapprocherait-elle les peuples ? Une simple question qui ferait sursauter plus d’un détracteur,
ne voyant en ce langage hybride que déviances et caprices. Un mal-parlé bien trop spontané
pour être considéré et d’autant plus menaçant qu’il est désormais utilisé dans la littérature, les
évènements culturels, la musique et qu’il obéit désormais même à ses propres règles.

Mais ce « dialecte sauvage » ne puise-t-il pas sa force dans sa rébellion ? Attention, derrière le
mot sauvage, il ne faut pas comprendre le sens péjoratif, car le portunhol est la plus douce des
langues sauvages, qui invite ses pratiquants à écrire des chansons et des hymnes baignés de
poésie.

Néanmoins, il s’agit bien de rébellion. Et elle se développe aujourd’hui d’autant plus
rapidement à travers internet. Depuis le premier congrès du portugnol en 2009 à Rio de Janeiro,
qui accueillait tous les artistes amoureux du dialecte, comme Don Douglas Diegues, Dirce
Waltrick, Xico Sa, Joca Terron, la langue à fait un peu de chemin et possède aujourd’hui une fête Nationale, le dernier vendredi d’octobre, et même un drapeau.

Encore facteur d’union, le portugnol permet à des artistes musicaux de s’allier au-delà des
frontières et d’étendre leur notoriété à toute l’Amérique latine. Ainsi on retrouve un groupe
brésilien ‘’Menino Bonito’’, chanter en portugnol avec ‘’Chino et Nacho’’, un groupe…
vénézuélien !

Une effervescence qui laisse positif quant à son devenir. Que pourront faire les ennemis
brésiliens du mouvement, qui ne voient là qu’une prostitution de la langue portugaise, une
menace d’extinction et qui préfèreraient se voir développer le bilinguisme à l’école ?

Aller ! Vous n’avez plus d’excuse pour ne pas découvrir l’Italie cet été. Et oui, même si vous avez
fait Allemand 2ème langue.

Quelques phrases de la vie quotidienne en portugnol :

Yo falo portuñol. (Yo hablo portuñol)
Por favor, me traiga una otra cerveza. (Por favor, me traes otra cerveza).
La viaje fue estupenda. (El viaje fue estupendo).
Voy saír más tarde. (Voy a salir mas tarde).
Marta no es en la sua casa (Marta no esta en su casa).
El gusta mucho del vino (A el, le gusta mucho el vino).
Va te llamar por teléfono a tarde (Te va a llamar por teléfono a la tarde).
No pode lo decir. E un secreto (No puedo decirlo, es un secreto).
Cenaremos en quanto él llegar. (Cenaremos cuando llegara).
No será divertido si tú no venir. (No seria divertido si no venís).
Es mucho linda, más no mucho inteligente. (Es muy linda pero no muy inteligente).

Le portugnol sous sa forme littéraire :

(Extrait de l’œuvre de Wilson Bueno,Mar Paraguayo1992 )

“Durante la festa, las muchachas casamenteras bailan con as marafonas. Despois da festa las
muñecas son deixadas en cima de la cama donde tienen el poder de livrar la casa das tempestades
y truenos, y del mal de ojo. En el día do casamento se guardam debaixo da cama (como no tienen
ojos ni orejas ni boca, nada ven, nada oyen, nada pueden contar) para traer fertilidade al
matrimonio. As marafonas están asociadas al culto da fertilidade”.

Articles des numéros précédents:

Antigua capital del imperio del sol: Machu Picchu (Ecrit par Diana García)

Los mayas (segunda parte) (Ecrit par Diana García)

Los mayas (primera parte) (Ecrit par Diana García)

La lusophonie (Ecrit par Emmanuelle Revol)

Frontières linguistiques suisses : De quoi en faire tout un plat ! (Ecrit par Didier Vors)

Illa de Pico : l’Atlàntic en estat pur (Ecrit par Daniel Hernandez)

Wight is Wight (Ecrit par Didier Vors / Traduction de Judith Wood)

El desierto de Tabernas : cabalgando por Andalucía Ecrit par Luis ALONSO (Texte original: "Désert de Tabernas: La chevauchée andalouse", par Didier VORS)

El día de los Muertos en América Latina - El sincretismo de dos culturas (Diana García)

Giuletta & Romeo sono spagnoli (Nicoletta Martelletto)

Isla Gorgona, una Colombia escondida (Diana García)

Madeira, dove l'Atlantico è più verde (Nicoletta Martelletto)


Accueil - Aller en haut de page