Le co-voyage : les affinités baroudeuses

 
Ecrit par Antoine Lefranc

Vous rêvez de partir en expédition dans la cordillère des Andes, avec comme uniques accessoires un sac à dos et votre enthousiasme à l’idée de découvrir cette magnifique chaîne de montagnes. Vous avez l’argent nécessaire à ce périple, votre carnet de vaccins à jour et deux semaines de congés payés à poser. Problème : vous n’osez pas y aller seul.

La perspective de vous retrouver en pleine randonnée avec une entorse à la cheville et pour seule assistance un lama peu coopératif vous dissuade d’entreprendre ce voyage. De la même manière, vous aimez le calme et fuyez les voyages organisés, mais vous n’êtes point un ermite et apprécieriez d’avoir un compagnon de voyage pour converser et partager.

Hélas, parmi vos relations, nul ne semble convenir pour vous accompagner : Arnaud ne jure que par les vacances au Club Med. Apolline est très motivée mais vous n’êtes pas sûr de supporter le fait qu’elle passe une heure dans la salle de bains chaque matin. Quant à Omar, il présente le profil parfait, mais il a déjà crapahuté dans la Cordillère des Andes l’an dernier.

Le co-voyage, nouvelle tendance en vogue dans le tourisme solidaire convivial et débrouillard, vous permet justement de trouver le compagnon de voyage parfait. Le genre que l’on ne rencontre que dans les films, celui qui croisé totalement par hasard au détour d’un sentier est à la fois drôle et sympa, et devient votre meilleur ami.

Sur les sites de co-voyage (liste en fin d’article), vous pouvez trouver non pas l’âme-sœur comme sur Meetic, mais l’âme baroudeuse qui répond à vos critères. Passez votre annonce, dîtes où vous désirez aller, quand et combien de temps. Précisez si vous êtes plutôt fêtard ou adepte des soirées tranquilles, si vous ne jurez que par le logement chez l’habitant ou préférez le confort des auberges… Ainsi, vous évitez les incompatibilités d’humeur et de mode de vie.

Vous serez ainsi contactés par des prétendants qui échangeront avec vous, et ensuite à vous de choisir en fonction des affinités si vous l’intronisez ou non compagnon de route. De la même manière, libre à vous de parcourir les annonces, et de candidater, une fois votre compte créé (l’inscription est gratuite), que ce soit pour rejoindre un simple week-end à Cracovie ou un tour du monde en sandales.

Le co-voyage permet donc de choisir ses co équipiers en fonction des caractéristiques recherchées, un peu comme on sélectionne sa boîte de yaourts au supermarché en fonction du prix, apport calorique et attrait du packaging. Certains voient dans le covoyage un outil bien pratique, d’autres un moyen postmoderne de planifier une amitié sans laisser de place au hasard. A noter cependant que nulle part il n’est demandé de renseigner si vous ronflez au lit !

Pour aller plus loin:

Liste de sites de co-voyages :

http://www.triptrib.fr

http://cotravelling-covoyager.com/

 


Articles précédents:

Le Brésil hors des sentiers battus : L’art contemporain à ciel ouver (Ecrit par Christian Gizon)

En marche… sur les chemins de la Via Garona (Ecrit par Didier Vors)

Désert de Tabernas : La chevauchée andalouse (Ecrit par Didier Vors)

Turin : une ville bien dans son assiette ! (Ecrit par Didier Vors)

Le Salento, Terre bénie des Dieux… en toutes saisons (Ecrit par Geneviève Guihard)

Le Marais Vernier, petite merveille de biodiversité et joyau paysager (Ecrit par Geneviève Guihard)

La « Voie de Rocamadour en Limousin et Haut Quercy » vers Compostelle. Un itinéraire buissonnier … (Ecrit par Geneviève Guihard)

Le brandon des Pyrénées : une fête qui illumine toute une région (Ecrit par Didier Vors)

Le Salento : Une Italie qui nous « botte » (Ecrit par Didier Vors)

Greeters : vivre le tourisme autrement (Ecrit par Victoire Guérin)

Le Jour des Morts : Le syncrétisme de deux cultures (Ecrit par Diana Garcia - Texte traduit par Alice Ginet Duchenaud)

Exposition Universelle de Milan : le tour du monde en 48h (Laurène Gianuzzi)

Route Napoléon : Quand le tourisme rencontre l’histoire (Didier Vors)

Festival international de géographie de Saint Dié : Le gai savoir (Didier Vors)

Slow tourism : l’éloge de la lenteur (Solène Terrisse)

Entre Meuse et Rhin (Mathieu Stassart)

Tourisme mémoriel : voir pour comprendre (Solène Terisse)

Couch surfing : quelques clics pour un clic clac (Alice Allerat)


Accueil - Aller en haut de page