Bordeaux : quand le vin a le droit de cité

 
Ecrit par Didier Vors

Bâtiment phare d’une ville en pleine mutation, cette réalisation tient autant de la prouesse architecturale que technologique. C’est dans l’ancien quartier industriel dit des « bassins à flot » que trône fièrement cet imposant ouvrage dernier cri, environné d’une forêt de grues signes d’une ville en pleine mutation.
Un projet datant de plus de vingt ans.

En imaginant la cité du vin, ses concepteurs mettaient fin à une anomalie. Ou tout au moins réparaient un oubli. Jusqu’à ce jour l’un des plus fameux vignobles du monde n’était associé à aucun lieu lié à la connaissance des milieux viticoles dont la ville de Bordeaux tire une grande part de sa renommée.
Avec sa façade de verre et d’aluminium, ses formes toutes en courbes, songez que qu’il repose sur 300 pieux avec une charpente composée de 574 arcs pour ne donner que quelques chiffres.

S’il existe un sens de visite, en revanche nul n’est besoin de suivre un parcours imposé. Chacun peut au gré de ses envies ou de ses centres d’intérêt passer d’un espace à un autre, revenir en arrière en toute liberté.

Le parcours permanent : cœur de La Cité du Vin
Immersif et sensoriel s’étendant sur 3000 mètres carrés Il comprend 19 espaces thématiques, pour la plupart interactifs dédiés à la connaissance du vin et destiné autant aux béotiens qu’aux amateurs éclairés.
Déambuler dans les différents espaces c’est s’immerger dans l’imaginaire du vin, vivre cette épopée multi millénaire qui a inspiré et façonné la vie des hommes depuis des siècles.

On découvre ainsi une boisson voyageuse et universelle avec par exemple le tour du monde des vignobles sur écran géant, ou encore les globes inter actifs des planètes vins ou enfin les vins au fil de l’eau et la table des terroirs.

Tandis que les 18 tablettes tactiles de « l’e vigne » raconte l’homme jardinier de la vigne. De la fermentation au vieillissement du vin, aux conseils des experts en passant par l’étude des grandes civilisations du vin rien ne manque !

Bacchus et Vénus nous rappellent à travers des évocations picturales, musicales ou littéraires l’omniprésence du vin y compris dans les croyances et religions représentées dans l’espace le vin divin.
Le parcours permanent se termine comme il se doit sur une évocation de Bordeaux une vigne et un vignoble consubstantiels de son histoire.

En outre un riche programme d’événements liés à la thématique de l’exposition temporaire en cours (vins de Porto vallée du Douro jusqu’au 6 janvier 2019) ou des ateliers oenoculturels viennent en complément d’une offre déjà assez conséquente.

Il ne reste plus alors qu’à passer aux travaux pratiques : En l’occurrence la dégustation, comme il se doit en un tel lieu, d’un verre de vin à choisir parmi une sélection de cinquante bouteilles issues de vignobles français et étrangers au belvédère, avec une vue à 360° sur Bordeaux.

Compter une demi- journée pour une visite vraiment complète
L’ambition de la ville était de créer un lieu de loisir culturel grand public Avec plus d’un million de visiteurs en à peine plus de 2 ans le pari semble d’ores et déjà réussi pour la cité du vin vite devenue l’une des principales attractions de Bordeaux.

Accès :
Par les trams C et B depuis la gare Bordeaux Saint Jean
Ou de façon plus originale en navette fluviale depuis l’embarcadère Stalingrad

Crédits photos :

photos extérieures : Photos Anaka / La Cité du Vin / XTU architects
photos intérieures : Photos Anaka / La Cité du Vin / Casson Mann.

Pour aller plus loin :
https://www.laciteduvin.com/fr


Articles précédents:

Le co-voyage : les affinités baroudeuses (Ecrit par Antoine Lefranc)

Quand le Salento réchauffe l'hiver (Ecrit par Didier Vors)

Le Brésil hors des sentiers battus : L’art contemporain à ciel ouvert (Ecrit par Christian Gizon)

En marche… sur les chemins de la Via Garona (Ecrit par Didier Vors)

Désert de Tabernas : La chevauchée andalouse (Ecrit par Didier Vors)

Turin : une ville bien dans son assiette ! (Ecrit par Didier Vors)

Le Salento, Terre bénie des Dieux… en toutes saisons (Ecrit par Geneviève Guihard)

Le Marais Vernier, petite merveille de biodiversité et joyau paysager (Ecrit par Geneviève Guihard)

La « Voie de Rocamadour en Limousin et Haut Quercy » vers Compostelle. Un itinéraire buissonnier … (Ecrit par Geneviève Guihard)

Le brandon des Pyrénées : une fête qui illumine toute une région (Ecrit par Didier Vors)

Le Salento : Une Italie qui nous « botte » (Ecrit par Didier Vors)

Greeters : vivre le tourisme autrement (Ecrit par Victoire Guérin)

Le Jour des Morts : Le syncrétisme de deux cultures (Ecrit par Diana Garcia - Texte traduit par Alice Ginet Duchenaud)

Exposition Universelle de Milan : le tour du monde en 48h (Laurène Gianuzzi)

Route Napoléon : Quand le tourisme rencontre l’histoire (Didier Vors)

Festival international de géographie de Saint Dié : Le gai savoir (Didier Vors)

Slow tourism : l’éloge de la lenteur (Solène Terrisse)

Entre Meuse et Rhin (Mathieu Stassart)

Tourisme mémoriel : voir pour comprendre (Solène Terisse)

Couch surfing : quelques clics pour un clic clac (Alice Allerat)


Accueil - Aller en haut de page