Prélude dans la vallée

 
Ecrit par Antoine Le Franc

Encaissée entre deux falaises, la vallée du Lude fut jadis creusée par un torrent puissant, aujourd’hui réduit à un simple petit ruisseau qui serpente entre les rochers avant de se jeter dans la mer. Le déchaînement des éléments qui a façonné cette vallée a donc cessé, pour la plus grande joie des randonneurs. Ceux-ci peuvent parcourir sereinement la dizaine de kilomètres du chemin des douaniers reliant le village de Genêts à celui de Carolles, et qui alterne douce verdure et rochers escarpés, en offrant un panorama splendide sur la baie du Mont-Saint-Michel. Le Mont se dresse au loin, immuable, et apporte une ultime touche de charme à cette ballade bucolique qu’Eisenhower, alors en promenade dans la France libérée, qualifia de « plus beau kilomètre de France ». On grimpe, on s’exclame, on se réjouit. Nous voici devenus douaniers à notre tour, nous protégeant d’une averse dans une des trois cabanes Vauban, corps de garde du XVIIème siècle érigées le long des sentiers. Arrêtez- vous dans la deuxième cabane Vauban, et touchez donc l’ancre gravée sur la cheminée : vous voici dorénavant immunisés contre les naufrages, petits veinards. Quand le vent marin s’engouffre avec fureur par les petites fenêtres, toucher cette ancre apporte un sentiment de réconfort aussi étrange que bienvenu.

Il n‘y a plus guère de contrebandiers à guetter, mais les criques de galets encastrées ravivent l’image de chaloupes qui y accostent la nuit venue, afin d’embarquer des loyaux sujets du Roy fuyant la révolution et cherchant à rallier les îles de Jersey et Guernesey.Le site, protégé, regorge d’oiseaux et de fleurs multicolores. Interdiction formelle de se servir, en revanche on peut faire un festin de mûres. Celles face au large sont salées par les embruns, les autres sucrées à souhait.

En contrebas, des hommes profitent de la marée basse pour s’aventurer à la pêche aux coquillages, faisant fuir les mouettes qui protestent en piaillant. Elles auront leur revanche : les marées du Mont Saint Michel sont les plus importantes d’Europe, et d’ici deux heures les pêcheurs à pied devront déguerpir pour ne pas se faire piéger par la mer montante.

Mis à part le mont omniprésent, toute trace de civilisation humaine a disparu : les genêts bataillent face aux rocs, et le terrain est parfois accidenté. On se remémore la légende selon laquelle c’est en ces lieux que l’archange Saint-Michel vainquit le Diable. L’archange ne fit pas dans la demi-mesure, et son coup d’épée destiné à conjurer le mal ouvrit la falaise en deux, et donna naissance à la vallée. Depuis les randonneurs lui rendent grâce, non pas pour nous avoir débarrassé du malin, qui se tapirait toujours derrière le mystérieux rocher du Sard, mais pour avoir créé ce site d’exception. Le parcourir donne des ailes : l’archange du mont n’a qu’à bien se tenir.


Articles précédents:

Bordeaux : quand le vin a le droit de cité (Ecrit par Didier Vors)

Le co-voyage : les affinités baroudeuses (Ecrit par Antoine Lefranc)

Quand le Salento réchauffe l'hiver (Ecrit par Didier Vors)

Le Brésil hors des sentiers battus : L’art contemporain à ciel ouvert (Ecrit par Christian Gizon)

En marche… sur les chemins de la Via Garona (Ecrit par Didier Vors)

Désert de Tabernas : La chevauchée andalouse (Ecrit par Didier Vors)

Turin : une ville bien dans son assiette ! (Ecrit par Didier Vors)

Le Salento, Terre bénie des Dieux… en toutes saisons (Ecrit par Geneviève Guihard)

Le Marais Vernier, petite merveille de biodiversité et joyau paysager (Ecrit par Geneviève Guihard)

La « Voie de Rocamadour en Limousin et Haut Quercy » vers Compostelle. Un itinéraire buissonnier … (Ecrit par Geneviève Guihard)

Le brandon des Pyrénées : une fête qui illumine toute une région (Ecrit par Didier Vors)

Le Salento : Une Italie qui nous « botte » (Ecrit par Didier Vors)

Greeters : vivre le tourisme autrement (Ecrit par Victoire Guérin)

Le Jour des Morts : Le syncrétisme de deux cultures (Ecrit par Diana Garcia - Texte traduit par Alice Ginet Duchenaud)

Exposition Universelle de Milan : le tour du monde en 48h (Laurène Gianuzzi)

Route Napoléon : Quand le tourisme rencontre l’histoire (Didier Vors)

Festival international de géographie de Saint Dié : Le gai savoir (Didier Vors)

Slow tourism : l’éloge de la lenteur (Solène Terrisse)

Entre Meuse et Rhin (Mathieu Stassart)

Tourisme mémoriel : voir pour comprendre (Solène Terisse)

Couch surfing : quelques clics pour un clic clac (Alice Allerat)


Accueil - Aller en haut de page