Saint Claude: le Jura haute définition

 
Ecrit par Didier Vors

Elle  n’est pas la capitale du Haut Jura par hasard. La ville s’étage de 450 à 550 mètres. Du fait
du relief, la visiter  s’apparente à un petit exercice physique tant l’on ne fait que descendre pour
pouvoir mieux remonter.

Baignée par le Tacon et la Bienne qui se rejoignent au cœur de la cité, Saint Claude est avant tout une ville de ponts. Le grand pont qui relie les deux rives du Tacon, le pont de pierre sur la Bienne, ou encore le pont central culminant à 30 mètres de hauteur  Ils offrent de magnifiques points de vues et en révèlent le charme singulier. En flânant le long de la Bienne ,on rencontre des friches industrielles témoins du passé laborieux de la cité. Elles peuvent donner un sentiment d’abandon, mais un important projet de réhabilitation de ses rives existe. Ce futur aménagement paysager ne devrait pas manquer de l’embellir.

Ici la nature n’est jamais très loin et s’insinue dans la ville. On peut même s’offrir une belle balade qui commence juste derrière l’office de tourisme. La bien nommée randonnée du Belvédère (qui ne présente pas de difficultés particulières) chemine à travers buis et sapins et permet de jouir d’une vue exceptionnelle elle offre une lecture du paysage qui permet de mieux comprendre comment la ville s’est développée.                   

Des pipes et des diamants

Difficile d’ignorer que Saint Claude est la capitale mondiale de la pipe  tant tout dans la ville nous rappelle ce glorieux passé. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître ce n’est pas avec une essence locale qu’elle a construit sa réputation malgré l’abondance des forêts  mais avec la bruyère du maquis corse. Pour tout savoir sur cet univers et comprendre pourquoi   les maîtres pipiers représentaient l’aristocratie ouvrière une visite du musée s’impose  d’autant le second espace ludique est consacré aux diamants et pierres précieuses l  (rubis, émeraude , saphir)’autre titre de gloire de la ville. A noter que le musée se trouve place Jacques Faizant célèbre dessinateur de presse et fumeur de pipe émérite.


Fléaux des siècles passés qui ont endommagé ou détruit tant de villes, les incendies n’ont pas épargné Saint Claude, et de ce fait il reste peu de traces du passé. Monument notable  mais quel monument : la cathédrale Saint Pierre. Elle abrite un magnifique retable du XVIIème siècle chef d’œuvre  de la renaissance italienne ainsi  que des stalles    en bois sculpté  dues à l’artiste genevois Jean de Vitry .

Représentant des scènes de  la vie quotidienne au Moyen Age,elles comptent dit-on   parmi les plus remarquables de France. Les amateurs d’histoire et de peinture ne manqueront pas de visiter le  musée de l’abbaye combinant site archéologique et beaux-  arts avec entre autres des tableaux de Bonnard, Valoton et Dufy.

Se promener dans Saint Claude  c’est aussi plonger dans l’histoire tourmentée de la seconde
guerre mondiale dont la région a payé un lourd tribut. La stèle en hommage au maquis du haut
Jura la stèle des déportés et l’exposition permanente « résistance et déportation » contribuent
ainsi au nécessaire devoir de mémoire. 

Solidaire avant l’heure

L’autre « monument » institution sanclaudienne devrait –on dire c’est la Maison du Peuple A l’heure du développement de l’économie sociale et solidaire, de l’ouverture à Paris du 1er supermarché coopératif, et alors que  l’on a jamais autant parlé d’économie de partage, à Saint Claude , au début du 20ème siècle, des hommes et des femmes visionnaires, œuvraient déjà pour une société plus juste. En effet ,fers de lance d’une modernité sociale certaine les statuts de la coopérative la Fraternelle prévoyaient le versement des bénéfices à une caisse de secours pour aider les sociétaires en cas d’accident de la vie : maladie, chômage….On l’aura compris, une visite de la Maison du peuple et en particulier de l’exposition permanente « archéologie d’un rêve », témoins vivants de l’histoire sociale, économique et politique de de la ville s’imposent.


Philosophie buissonnière oblige, et cela ne surprendra pas les plus assidus de nos lecteurs, c’est par le train que nous vous invitons à gagner  Saint Claude. On peut joindre Saint Claude depuis Lyon en changeant de train à Bourg en Bresse. On peut aussi arriver par le nord Jura depuis Dôle et Mouchard à bord de la fameuse « ligne des hirondelles »  belles et fortes émotions ferroviaires garanties .

Pour aller plus loin :

Se procurer le circuit de découverte de la ville pour une visite compète disponible à l’office de tourisme. La ville de Saint-Claude est labellisée Plus Beaux Détours de France depuis 2016, parmi 100 villes d'intérêt touristique en France.

http://www.saint-claude-haut-jura.com/
http://www.maisondupeuple.fr/
http://www.museedelabbaye.fr
http://www.musee-pipe-diamant.com/
http://tourisme.parc-haut-jura.fr/

Articles des numéros précédents:

Alméria : le miroir de la mer (Ecrit par Didier Vors)

Jérusalem : éternelle, céleste, inoubliable (Ecrit par Geneviève Guihard)

Sète : des joutes et des hommes (Ecrit par Didier Vors)

Luchon et le sud Comminges : Les Pyrénées au cœur (Ecrit par Didier Vors)

Sète, la mer en héritage (Ecrit par Didier Vors)

Bruxelles pétillante (Ecrit par Katelijne Hermans)

Liège, cité ardente (écrit par Matthieu Stassart)

Comparaison Lyon- Marseille(écrit par Monique Douillet)

Trieste : l’Adriatique en majesté (écrit par Didier Vors)

Habiter la ville éponge : Luxembourg ville (écrit par Denis Mathis)

Arles de ma lorgnette (écrit par Monique Douillet)

Turin, l'autre "Città del Cine" (écrit par Didier Vors)

Toulouse, ville d'Ô (écrit par Didier Vors)

Instanbul, c'est Byzance ! (écrit par Solène Terisse)

Ode à Helsinki (écrit par Solène Terisse)


Accueil - Aller en haut de page